• Miniature - 5

    Les Hussards français. En 1914, la France ne comptait pas moins de 14 régiments de hussards dans ses rangs.L’un de ces hussards, Charles Nungesser,  deviendra  célèbre. Le 3 septembre 1914 alors qu’il se trouvait seul en compagnie de 2 fantassins rencontrés au hasard de la retraite,  il  arrêtait une automobile allemande Mors dans laquelle trônait un officier des  cuirassiers blanc prussien.  Ce dernier montrant quelques signes de résistance fut abattu ainsi que son chauffeur.Les papiers trouvés dans le véhicule allaient se révéler d’une importance capitale pour la suite des combats.Depuis lors Nungesser fut surnommé « le hussard de la Mors ».Devenu pilote, il devint l’As aux 23 blessures  de l’aviation française avec 45 victoires.Même après son passage à l’aviation il n’abandonna son képi bleu ciel et son pantalon garance. La figurine Mignot présentée est celle d’un officier.Sa tenue est assez proche de celle de l’ensemble du régiment.Ceinturon et baudrier en cuir noir auquel pend l’étui du revolver qui est  un St-Etienne modèle 1892.  Dans l’anneau de crosse un cordon en poil de chèvre mesurant 90 mm.Il porte des  gants car l’officier doit rester ganté même au combat.Il a la tête couverte d’un shako de drap à la coiffe bleu pâle. Une lézarde argentée d’une hauteur  de 28 mm entoure le haut de la coiffure.  Un pompon argenté surmonte l’ensemble.En avant la « Hongroise ».La culotte est garance à passepoil bleu ciel.La figurine porte des jambières de troupe en peau de vache au-dessus de ses brodequins de cavalier au lieu des bottes  modèle 1888 (tige de vache et avant-pied en veau) habituelles.Au côté un sabre d’artillerie mod. 1899.    Hussard Off-1b
    Hussard Off-2b

  • Biblio - 9

    Le Poilu du 37.L’immobilisme des tranchées allait donner lieu à une série d’activités  telles  (nous l’avons vu) la confection d’objets  « artistiques »  ou  l’édition de « Journaux des Tranchées ».L’exemplaire d’aujourd’hui est issu  du 37e de Ligne de l’armée française qui se trouvait dans le secteur postal 126.Edité sur 4 pages, il ne comporte – comme souvent – pas de date.Le dessin humoristique de première page fait penser à  Albert Dubout.Le contenu allait du persiflage   aux  résultats sportifs  (restreints aux équipes « locales » ainsi, par exemple, on  lit que  l’équipe de football du 37 a battu  celle du 39 d’artillerie) en passant par la chronique littéraire et la poésie.Toute correspondance était à adresser : 37e de Ligne – 3e Bataillon – Secteur Postal  126. LePoilu37b

  • Insignes des grades dans l'Armée belge - 1915

    Document officile très intéressant  :

    Grades1915b
    Les Notes disent que "Les Officiers d'Etat-Major ont des demi-foudres d'or au collet de la vareuse et sur les écussons du manteau.  En service d'Etat-Major, ils portent une écharpe amarante en sautoir.  Les officiers d'Intendance  portent les insignes de grade auquel ils sont assimilés : on les appelle "M. l'Intendant".  Les Officiers des Services de Santé, Pharmaceutiques et Vétérinaires portent les insignes du grade auquel ils sont assimilés plus les tributs distinctifs sur collet amarante, vert ou bleu : on les appelle "M. le Médecin, Pharmacien, Vétérinaire".  La Gendarmerie a les insignes de grade en argent.  Les Aumoniers militaires portent une cordelière tricolore à la coiffure en meme temps que la croix latine sur la poitrine"

  • Le Bruxellois - 13

     Vendredi 1er Septembre 1916.

     Le Quartier Général à Berlin signale 

     « A droite de la Meuse des attaques françaises préparées par un vif feu se sont encore une fois brisées contre nos positions entre le village et le bois du Chapitre.  Au sud-est de Fleury, l’ennemi a été repoussé par un entre-choc.(sic) »        Le Bruxellois publie également le communiqué émanant du QG français : « Sur la rive droite de la Meuse, une opération de nos troupes vivement menée au sud-est de l’ouvrage de Thiaumont nous a valu quelques gains de terrains appréciables et un certain nombre de prisonniers. » Guerre des communiqués ! En réalité des dizaines d’hommes tombaient  pour quelques mètres de terrain  mesurés à l’aune du sang. La veille la Turquie avait déclaré la guerre à la Roumanie. Au Palais de Justice, Flémalle JB est accusé d’avoir coupé et enlevé 5 pins sylvestres : 8  jours et 4 frs 50 ;Gatallens Sébatien, Pierre et JB ont coupé et enlevé du bois : à chacun 6 jours et 9 frs 44 ;Rayez Eugénie a coupé à la scie un hêtre :  8 jours et 4 frs 20 ;Reniers Marie a coupé à la scie un hêtre : 15 jours et 5 frs 50. Décidemment c’était le jour du bois au palais mais la distribution des peines est intrigante pourquoi Reniers Marie obtient-elle près du double de peine que Rayez Eugénie pour le même type d’arbre ?  Le moyen utilisé pour commettre le délit était pourtant identique ?! Mystère ! Dans les « réclames » on lit que F. Ad Mueller sera Bruxelles pour placer des yeux artificiels.Pourquoi pour admirer la poitrine opulente des dames qui ont absorbé les "Pilules Galégines » ? Pub-09-16 002
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 
  • Illustrierter Kriegs-Kurier

    Illustrierter Kriegs-Kurier Cet hebdomadaire  en trois langues (Allemand - Français – Néerlandais) était le Signal de l’époque.Edité par le  Deutscher Kurier à Berlin, il était représenté en Belgique par M. Henri, rue du Cavalier, 56bis à Bruxelles. Composé uniquement de photos commentées (en trois langues toujours) , il ne comportait ni  littérature ni article de fond.Dans ce numéro 1,  photos de projectiles utilisés par les Anglais, les Belges et les Français.Dum-dum,  ou flat-nose comme « l’atteste le Lieutenant-colonel F.H. Nelsh 1et Gordon Highlanders (… ).».Plus loin dans le magazine « une collection de projectiles Dum-dum usés par les  francs-tireurs belges ».  Une débauche de « preuves » destinées à couvrir les crimes commis par les troupes  de l’empire allemand en ce mois d’août  1914.Instantané encore  - et là c’est certain -d’un projectile utilisé par les aéroplanes  français à savoir une flèche en acier dont le centre de gravité se termine en  pointe aigüe. Lancés d’avion à la main et par paquets ils pouvaient faire des ravages s’ils touchaient leur but.

    Photos des premiers prisonniers belges et français.

    Illustriere-Kurier1b
    Illustrierte-kurier-bb
  • Les modelistes

    Manifestation très réussie que celle qu'avait organisée le Club les Felés du Modelisme à Ransart (Belgique).

    Le monde rétréci au 24e, 32e, 72e...

    Des réalisations à couper le souffle et un enthousiame qui poussait à franchir les portes de la  bourse de collectionneurs  proche et à en revenir les bras chargés de trésors.

    Mais faire renaitre  le Poilu disséqué en grappes de plastique multicolores demande de l'adresse : ce que je n'ai pas.

    J'ai préféré transformer en pixels ce camion Renault  tel qu'on en vit sur la Voie Sacrée  ou  le  FT 17 bousier ravageur des plaines de Flandre et d'Artois.

    Ransart-2008 013

    Ransart-2008 028

     

     

  • Art des Tranchées

     Dès les premiers jours de la guerre, il y a eu des prisonniers de part et d’autre.Après la bataille de la Marne les hommes se sont enterrés.

    Débutèrent  de longues périodes  d’inactivité pendant lesquelles lorsqu’ils ne chassaient pas les poux les soldats jouaient aux cartes, lisaient ou s’adonnaient à ce que l’on a appelé depuis « l’Art des Tranchées ».


    Avec le métal  des douilles d’obus, de shrapnels, de gamelles etc… ils confectionnaient patiemment et souvent avec habileté  une foule d’objets qui allaient de la bague au porte-parapluies.Nous reviendrons sur cet art.

    L’objet d’aujourd’hui est  une blague à tabac faite d’aluminium, ciselée, martelée à l’aide d’un poinçon  rudimentaire.


    BlagueTbk
    Il est orné d’une roue ailée joliment faite si l’on tient compte de la précarité des outils.

    Cet emblème était un souvenir nostalgique du temps ou le possesseur était machiniste à la Société Nationale des Chemins de Fer belge avant que d’être  rappelé en août 1914.


    BlagueTbk2
    Sur le pourtour « Souvenir de la Grande Guerre ».  

     

    BlagueTbk4