• Baionnette 98/05

    Accessoire de la grande famille des  Mauser 98 allemands elle mesure 502 mm hors tout pour une longueur de lame de 370 mm qui va en s’élargissant pour atteindre  34 mm à la partie la plus large.  Prévue pour doter les troupes de transmission  elle va progressivement être distribuée à toutes les unités  au fur et à mesure de l’allongement du conflit.Lors de tirs baïonnette au canon, on s’aperçut bien vite de ce que la  flamme de départ du coup risquait à brève échéance d’endommager irrémédiablement  les plaquettes  de la poignée en bois. Des armes furent rentrées en arsenal pour être dotées d’un pare-flamme mais certaines furent munies de cet accessoire sur le terrain par les armuriers de compagnie.A l’origine le fourreau était en cuir noir garni d’aciers pour devenir  par la suite tout acierCelle présentée a été fabriquée par la célèbre firme Weyersberg, Kirschbaum & Cie de Solingen dont elle porte la marque sur la lame.

    Ces établissements existent toujours et produisent des lames de qualité.  

    On remarquera le garde-flamme  appliqué sur la présente qui  n'a certainement pas été monté chez WKC  mais, comme en atteste le grossier usinage,  dans une armurerie d'unité.  

    BaioKirsch 001b

  • Baionnette du SMLE Mk III

    Destinée à équiper le fameux  Lee-Enfield  SMLE Mk III* qui fut le fusil d’infanterie standard de toutes les forces du Commonwealth durant la première guerre mondiale, elle porte le millésime de celui-ci soit « Pattern 1907 » (modèle 1907).


    UK1907a
     Celle présentée est  une « Second Pattern 1907 ». Ce deuxième modèle diffère du premier par la présence d’un trou d’huilage dans le pommeau. Le fourreau est en cuir noir avec garnitures en acier peintes en noir ou en kaki. 

    La lame porte le nom du fabricant soit « Wilkinson  Pall Mall» surmonté de la couronne royale et du chiffre 1907. 


    UK1907a (1)
     Au revers les poinçons d’épreuves. Sur le pommeau  4/5. R.S.F. qui  est le n°  de l’unité  et « 338 » qui est celui de l’arme.   Ses dimensions sont les suivantes :-         longueur de la lame : 433 mm-         largeur de la lame à sa base ; 23,7 mm-         longueur totale : 555 mm.  UK1907a (2)
  • Panorama de la Guerre

    Ce Panorama de la Guerre est un ouvrage publié peu après la fin du conflit par l’Editeur « Librairie Illustrée Jules Tallandier « à Paris

    Panorama 001b

    C’est assez monumental puisque l’œuvre comporte six tomes comptant chacun plus de 400 pages.La liste des auteurs qui sont  hommes d’état, historiens, critiques militaires, académiciens, ou journalistes est, elle aussi, impressionnante puisque l’on compte parmi elle des noms tels Clémenceau, Woodrow Wilson, Maurice Barrès, Pierre Loti…etc. .jusqu’à Jules Destrée.

    De très belles aquarelles dues à des artistes talentueux s’insèrent entre les pages où abondent photos et documents.


    Panorama2
    Les textes écrits à chaud manquent souvent d’impartialité comme on en jugera sur ce commentaire accompagnant   une photo illustrant l’intérieur d’une tranchée allemande :Ils en sont fiers, de leurs tranchées, comme ils sont fiers de tout ce qu’ils ont, de tout ce qu’ils font, de tout ce qu’ils disent.  Poussant le narcissisme au grotesque et du grotesque au monstrueux, ils se mirent tour à tour dans leur « kultur » et leur sottise, leurs fourberies et leurs lâchetés, leurs crimes  et leurs ignominies (…).  Panorama3
  • Le Bruxellois 16 septembre 1916

    Voilà un certain temps que nous n’avons ouvert les pages du Bruxellois.Dan le numéro du samedi 16 septembre 1916, on peut lire le communiqué  du GQG à Berlin.Celui-ci concerne la Bataille de la Somme.  Il est daté  du 14 :La Bataille de la  Somme continue dans la forme qu’ont prises peu à peu les opérations de l’adversaire.  De grandes attaques simultanées sur tout le front alternent avec des attaques particulières plus ou moins étendues le long  du front français et anglais  mais qui sont plus rarement  simultanées qu’alternatives  de manière qu’un calme relatif règne sur le secteur du front anglais si les français attaquent sur leur front et vice-versa !!!Eh ben ! Comprenne qui pourra !   .L’entrée en guerre de la  Roumanie est source  d’un  nouvel arrêté allemand concernant la distribution du pétrole à la Belgique : la distribution assurée aux communes par la Centrale des Huiles ne pourra voir lieu  l’approvisionnement en pétrole roumain étant devenue impossible.  L’aviateur allemand Fahlbusch qui avait fait l’objet d’une citation dans le communiqué officiel du GQG du 4 septembre a trouvé la mort au cours d’une mission. Tous ces drames  n’empêchent cependant pas le quotidien de s'intéresser aux  faits divers parmi lesquels on lit que Portel Jean-Claude, 6 ans, demeurant avenue Adolphe Demeur, 33 à Bruxelles a été renversé par un cycliste… Les juges ne badinaient pas et infligeaient  des peines qui nous semblent aujourd’hui  disproportionnées telle  celle qui frappe Hessel Jean condamné à 1 mois et 26 francs avec un sursis de cinq ans  pour avoir détourné 33 francs !!  La partie civile obtenant 33 frs 50 !! Au Luna-Park on projette toujours le film « L’heureuse arrivée du sous-marin de commerce DEUTSCHLAND à Brème le 25 août 1916 ».

  • Médailles 1914-1918-1

    En juillet 1918, les souverains belges partis d'Angleterre attérrirent au milieu de leurs troupes sur ce qui restait de la Belgique face à l'Yser.

    Le risque était énorme, les terrains de chasse allemands proches et une telle cible eut pu déclencher une vaste opération aérienne de la part des troupes ennemies.

    La chose impressionna tant que les Etats-Unis frappèrent une médaille dont la réalisation fut confiée au graveur Spicer Simson.

    Médaille-Spicer Simson-07-1918b

     

  • Les Annales

    C’était une revue illustrée française.


    LesAnnales
    Dans son numéro de Pâques 1916 (23 avril) on trouve l’explication du mot « bleuet » fort à la mode en cette période-là.Celui qui signe « le bonhomme Chrysale » nous raconte que le terme « Poilu » entré presque dans les mœurs ne plait pas à tout le monde.L’auteur continue en décrivant le petit soldat de 1916 « non le robuste enfant des campagnes mais l’enfant des villes, raffiné, délicat, subitement passé de la vie nonchalante à la vie stoïque.  C’est lui qui incarnera le type idéal du « bleuet de guerre ».(...)« Nos bleuets arrivent au régiment m’écrit un abonné… ».

    Malgré l’acharnement à démontrer que le « Bleuet » finira par détrôner le « Poilu malodorant » je ne pense pas qu’il ait atteint à la même notoriété.


    LesAnnales2
    Plus loin dans la revue on trouve un article sur l’adoption des prisonniers.  On apprend que le nombre de marraines est en ce jour de Pâques de 6.843. On y lit les remerciements du sergent Louis Montfort du camp de Rastatt, ceux du Comité du Camp d’Ohrdruff : la direction remercie d’ailleurs le Comité pour l’envoi des 28 numéros du Journal du camp d’Ohrdruff.Un long article sur la ville de Louvain dont l’université séculaire fut mise à sac par les allemands (l’auteur dit encore « Prussiens »).Le magazine renferme encore d’admirables dessins réalisés sur 2 pages pleines (on dirait « Poster » aujourd’hui) par Jonas ou Berne-Bellecourt.A noter cette publicité  pour petits soldats à découper « Pro Patria » qui ne nécessitent  « qu’un collage et un pliage pour se tenir debout ».

     

    LesAnnales3

  • Les Miniatures

    Le Fusilier d’Assaut


    FusilierAssaut 001b
    FusilierAssaut 004
     La guerre s’éternisant apparait une nouvelle sorte de guerriers : le Fusilier d’Assaut.Le fusilier d’Assaut allemand est non seulement mieux entrainé que le fantassin ordinaire mais il bénéfice d’un équipement propre à sa mission.Sa tenue vestimentaire se compose de la feldbluse (vareuse) du modèle 1915 plus pratique que celle du modèle 1907/10.  Avec ses 5 poches elle permet  l’emport facile  d’objets nécessaires à la mission.  L’une des poches est tout spécialement conçue pour recevoir les pansements individuels.Afin d’éviter le  repérage les pattes d’épaules sont amovibles.Le pantalon de la même teinte Feldgrau que la tunique est droit  enserré par des bandes molletières. Les pieds sont chaussés de brodequins modèle 1901.Sur la tête le Stahlhelm modèle 1916.L’équipement est lui aussi adapté. Plus de bretelles de suspension ou cartouchières qui ralentiraient la progression lors du ramping : les munitions sont enserrées dans des cartouchières en toile portées autour du cou. Des grenades « à manche », une carabine (au lieu du fusil) Mauser Kar 98A avec sa baïonnette portée sur le devant de la ceinture, un masque à gaz, une pelle de tranchée et, parfois, un pistolet automatique complètent l’ensemble.La figure est une Mignot.