• Biblio - Aide-Mémoire de l'Officier du Génie

    L’Aide-mémoire de l'officier du Génie en campagne  est un ouvrage  plus luxueux que celui du sous-officier.  Cartonné et imprimé sur papier bible il est, aussi, d’un format plus pratique car il peut aisément se glisser en poche.


    AideMém-off
    Il s’adresse à des officiers ayant formation d’ingénieur. Ils conçoivent et les autres exécutent.

    Réalisé par l'Imprimerie Nationale à Paris en 1915 c'est une édition du Ministère de la Défense.


    AideMém-off2

    Au début du volume la Table générale des abréviations.

    Le contenu de cet aide-mémoire est littéralement truffé d'abréviations et cette table s'avère presque nécessaire  pour la compréhension du texte :Franchis.des Obtacles. Abatis. Poss. Seul.t pr h. isolés avanç. Lent.t.Mat. Echelle et 2 pio.Man. Cré au moins 4 pistes  espacées de q.q. m.C’est complet cela va du harnachement des chevaux  aux signes conventionnels des cartes en passant par de très compliqués tracés, mesures et levés avec des tables des puis.ces, racines, val.rs réciproques, circonf et surf. de cercles, Abaques pour le calcul des charges des Fourneaux de Mines  et …. J’en  passe !

    Qu’on en juge par le Rapport de réduction du coefficient de résistance à la compression  ajouté sur une feuille volante :


    AideMém-off4
    Une partie importante est encore consacrée à l’administration et la comptabilité avec notamment les soldes attribuées aux différents grades :  un général de division touchait 1.575 francs/mois, un colonel 678 jusqu’au S.l.t. et off.  Ad.on  3e cl qui ne touche plus que 195 francs.  Le cas des prisonniers de guerre est prévu (moitié de la solde) ainsi que les femmes d’officiers prisonniers  qui reçoivent  une allocation mensuelle supplémentaire de  51 francs. Une curiosité :  le précédent propriétaire a utilisé son  ticket de chemin de fer comme signet.

    C’était le train n° 10 qui allait d’Auvin à Calais un 7 février 1918.

    AideMém-off5
  • Biblio -Manuel Sous-Officier Génie bis

    Tout le monde aura noté que l'Exploseur Van Deuren est un réveil matin et non pas un réveille-matin : c'est moi qui n' étais pas réveillé !

    Sorry.

  • Biblio -Manuel Sous-Officier Génie

    Le Manuel, Aide-mémoire du Sous-officier du Génie en Campagne était édité par la Librairie Militaire Berger-Levrault  qui avait deux maisons l’une à Paris aux 5-7 de la rue des Beaux-arts et l’autre rue des Glacis à Nancy .Manu-SO-Gn

    Edité en 1915 il  comporte 128 pages plus des feuilles quadrillées devant servir à croquis qui bien que faisant partie de l’ouvrage ne sont pas numérotées.


    Manu-SO-Gn2
    Tout y est militairement détaillé.Par exemple : Lorsque des troupes occupent des lieux habités sans y être casernées, elles sont en cantonnement.Le cantonnement ordinaire, auquel on a recours loin de l’ennemi est plus ou moins large ; chaque homme a droit à un lit ou à un matelas, un sommier, une couverture. (…)Espaces minima : pour un homme, 1 mètre sur 2m50 et pour un cheval 1m50 sur 3m50 (…).Absolument toutes les situations susceptibles d’être rencontrées par le sous-officier y sont énumérées et commentées depuis les travaux au logement à ceux sur le champ de bataille en passant par ceux  nécessaires pendant la marche.Des chapitres spéciaux  sont consacrés à l’épaulement pour pièces d’artillerie spécifiques aux  canon de 3,7, 75 TR ou  obusiers de 10,5 cm et de 12 cm.On n’oublie évidemment pas la destruction des obstacles tant pour la progression que pour dégagement du champ de tir avec la fabrication  des charges et  mises à feu. Dans les descriptions des mises à feu, il y a ce curieux « exploseur Van Deuren » qui est en fait un réveille-matin.Même là la minutie militaire ne perd pas ses droits : « retirer le réveille-matin de ses broches, le remonter, le mettre à l’heure(….) ».

    Croquis, graphiques et tableaux se succèdent tout-au-long de l’ouvrage.


    Manu-SO-Gn3
    Une avalanche, aussi,  de mots peu usités pour le lecteur moderne que nous sommes fougasses pierriers, fougasses rases, puits à la boule, trous de loup,….   
  • Document - Affiche de mobilisation

    Ces affiches devaient être confectionnées  bien à l'avance puisque la date exacte de la mobilisation (dimanche 2 août 1914) est manuscrite.

    Mob 002

     

  • carte-postale - 1er régiment de chasseurs

    En examinant le Miroir du 30 août 1914 nous avons cité la gravure de Carrey évoquant la prise du 1er drapeau allemand.

    L’événement fit grand bruit et fut l’objet de  carte-postale. 

    966_001


    Le dessin de Carrey fut  sans doute  publié dans L’Illustration de l’époque mais certainement dans Le Miroir n° 40 d’août 1914 :

     

    1erDrapeau

  • Le Miroir 30 août 1914

     En couverture  l’aviateur Pégoud qui avait fait la une des journaux en 1913  en réalisant le  premier looping complet à bord d’un avion.  Il   s’illustre à nouveau en détruisant deux convois allemands.

    A ses côtés  Monternier son équipier.


    LeMiroir40
    Dans une de ses compositions dramatiques dont il a le secret Carrey  illustre « L’Héroïque Moisson des Etendards Allemands ».La légende du dessin nous apprend que dès le début de la guerre  deux primes de 5.000 francs et une de 1.000 francs ont été offertes au soldat qui prendrait le premier drapeau allemand.« Mais nos pioupious n’auraient pas eu besoin de ce stimulant ».Le 15 août 1914, le premier bataillon de chasseurs à pied (français) enlevait le drapeau du 132e régiment d’infanterie allemande.Parmi les très nombreuses photos on trouve celle des « mitrailleuses allemandes en action ».  Si la photo date manifestement d’avant guerre le commentaire est tristement d’actualité : il faut reconnaitre que leurs mitrailleuses sont excellentes et qu’ils savent en tirer un bon parti.Qu’à cela ne tienne, l’armée française a son canon de 75 avec des pointeurs d’une précision telle qu’à Dinant ils ont réussi du premier coup à briser la hampe du pavillon que l’ennemi venait de hisser sur  le château-fort !!L’avenir est donc assuré  sauf pour le pape Pie X  qui est décédé ce 20 août.Le trône de Saint-pierre est vacant.   
  • Figurine - le soldat écossais en 1914.

    Les Ecossais qui débarquent en jupe sur le continent font sensation.Tous les Ecossais ne portent cependant pas la jupe seuls les Highlanders (Black Watch, Queen’s Own Cameron Highlanders, Gordon…etc…) le  font.

    Notre figurine porte le glengarry  sur la tête avec sur le côté gauche l’insigne régimentaire posé sur un tissu à fond noir.  Deux rubans noirs pendent à l’arrière de la coiffure.


    Scot
    L’homme a le torse ceint dans une vareuse kaki modèle 1902 qui se distingue  de celle portée par l’ensemble des troupes anglaises par les pans arrondis pour permettre le port d’une sacoche ventrale appelée sporran.Le kilt  d’une laine appelée tartan doit avoir une longueur réglementaire de 80 cm.Ses couleurs  et rayures sont propres à chaque régiment.Le règlement interdit formellement le port de sous-vêtement sous le kilt.Au sortir de la caserne le permissionnaire doit enjamber un miroir placé sur le sol ce qui permet au chef de poste de vérifier si un frileux n’a chaussé un slip.Afin  de contrarier le vent malicieux qui viendrait dévoiler les batteries du militaire celui-ci porte sur le vente  le sporran, épaisse bourse en  cuir recouverte  parfois de poils de blaireau mais surtout de crins de cheval.On remarquera qu’il n’y a pas de couleurs sur le kilt de  notre petit soldat ce qui est normal car il porte un couvre-kilt kaki accessoire rendu nécessaire après que les responsables se soient aperçus à la Guerre des Boers notamment de la cible que représentait  le tartan.Les mollets sont pris dans des faux bas.  Les couleurs permettent de distinguer les différentes unités (blanc et rouge pour les Argyll).On distingue un étui en cuir brun au côté du soldat qui doit être un officier.  Cette gaine abrite un revolver Enfield ou Webley.  La figurine qui est une Mignot est posée sur une boite de tabac à fumer telle qu’en emportaient les soldats anglais dans leur musette en 1914. Scot2