03/03/2009

La Médaille Militaire

C’est le décret du 22 janvier 1852 qui institue la  Médaille Militaire.

Arborant lui-même la décoration  sur la poitrine Louis Napoléon Bonaparte procède à la première remise officielle  au palais des Tuileries le 21 mars 1852. 

Dans son article 5  le décret stipulait que l’insigne serait accordé :

-         aux sous-officiers, caporaux ou brigadiers, soldats ou marins qui comptent huit années de services, campagnes comprises ;

-         à ceux dont les noms auront été cités à l’ordre de l’armée quelle que soit leur ancienneté de service ;

-         à ceux qui auront reçu une ou plusieurs blessures en combattant devant l’ennemi ou dans un service commandé ;

-         à ceux qui se seront signalés par un acte de courage ou de dévouement méritant récompense.

 

Le 10 mai 1852 Louis Napoléon la remet cependant aux généraux Reille et Vaillant.

Le 20 octobre 1888 l’octroi de la médaille est étendu aux généraux de corps d’armée titulaire de la Grand-croix de la Légion d’Honneur « et ayant exercé deux périodes triennales de commandement en sus d’avoir siégé au Conseil supérieur de la guerre ».

Le 27 décembre 1897 ce sera au tour des inspecteurs de corps d’armée, des  officiers généraux de la marine (16 mai 1907)  et des généraux de division (24 novembre 1909) d’en  bénéficier avec toujours la condition d’être déjà titulaire de la Grand-croix de la Légion d’honneur.   

L’insigne se présente sous la forme d’un médaillon  en argent sur lequel figure à l’avers la république avec la légende « République Française ».

Le médaillon est suspendu  par une bélière figurant des armes croisées sous une cuirasse et une ancre.

Le ruban est d’un jaune moiré liséré de vert.

Cette distinction jamais galvaudée est traitée avec respect  et les militaires titulaires de celle-ci non officiers ont droit au salut des militaires  non décorés de même grade.

Il fut un temps où les sentinelles en faction rendaient les honneurs  aux porteurs de la médaille militaire lorsqu’ils se présentaient aux portes des casernes et autres établissements militaires mais il semblerait que cette pratique soit aujourd’hui  oubliée

MedMilF

18:03 Écrit par sweetcricri dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.