24/04/2009

Le Miroir - 15 novembre 1914.

Miroir51

En couverture un Hussard de la Mort capturé par des cavaliers français.

« Ils ne se sont jamais distingués » dit la légende.

Les grandes frayeurs se sont  estompées et le ton de la page rédactionnelle est nettement triomphant  « …les Belges ont tendu leurs inondations sur la rive gauche de l’Yser.  Les Allemands se sont trouvés empêchés d’avancer au milieu des nappes liquides.. », « Les Russes sont littéralement sur les talons des soldats allemands en Silésie », « Le prince Ruprecht de Bavière  a lancé à ses troupes un ordre du jour injurieux.. », « A la frontière lorraine annexée nous avons pris une offensive victorieuse »..etc.

Tout va bien donc sauf en ce qui concerne le corsaire Emden  ce croiseur allemand qui après avoir usé d’un « stratagème interdit » est entré dans le port de Poulo-Pinang et a coulé un  croiseur russe  et notre torpilleur Mousquet.

Carrey offre aux lecteurs une gravure  pleine page intitulée « Dragons chargeant dans un village, à pied et la lance au poing ». Superbe !

En page 15 on découvre les photos de sportifs tombés au champ d’honneur dont le coureur Jean Bouin qui avait fait triompher les couleurs françaises aux Jeux Olympiques.  Ses derniers mots auraient été « Vie la France … Vengez-moi »  ou encore le coureur cycliste belge Marcel Buysse  grimpeur énergique des Tours de France.


Miroir51-BouinMiroir51-Buyse

L’aviation fait parler d’elle.  Des affiches fleurissent sur les murs des villes.


Miroir51b

De plus  « pour que nos soldats tirent à coup sûr, on leur a distribué de petites brochures décrivant les différents aéroplanes amis ou ennemis ».   

08:57 Écrit par sweetcricri dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/04/2009

La BD s'en va en Guerre

A l'arrière les idées fusent pour soutenir le moral de ceux de l'Avant.

Les dessinateurs se mobilisent et Bécassine elle-même s’en est allée en guerre.

Les Editions de la Semaine de Suzette  qui publient les Albums de Bécassine offrent  aux lecteurs dès 1916  un premier volume qui s’intitule « Bécassine pendant la Guerre ».


Bécassine01

Par la suite (et aujourd’hui encore)  le titre de  cet ouvrage  devint « Bécassine et la Grande Guerre ».

Bécassine2

Suit  en 1917 un autre album qui s’intitule « Bécassine chez les Alliés ».

La série « de guerre » s’arrête en 1919 avec  « Bécassine mobilisée ».

Le dessin est dû à Joseph Porphyre Pinchon tandis que le texte est l’œuvre du prolifique  Henri Gautier.

L’histoire est à nos yeux de gens du XXIème siècle  plutôt  naïve et le dessin pas toujours bon.

Il faut la prendre comme un témoin de son époque et ne pas se torturer l’esprit.

Dans l’édition originale ont lit que « l’album broché : 5 FR ; relié  6fr 50 ».

L’éditeur était  Gautier et Languereau à  Paris.


Becassine02

 

 

 

 

Suit  en 1917 un autre album qui s’intitule « Bécassine chez les Alliés ».

La série « de guerre » s’arrête en 1919 avec  « Bécassine mobilisée ».

Le dessin est dû à Joseph Porphyre Pinchon tandis que le texte est l’œuvre du prolifique  Henri Gautier.

L’histoire est à nos yeux de gens du XXIème siècle  plutôt  naïve et le dessin pas toujours bon.

Il faut la prendre comme un témoin de son époque et ne pas se torturer l’esprit.

Dans l’édition originale ont lit que « l’album broché : 5 FR ; relié  6fr 50 ».

L’éditeur était  Gautier et Languereau à  Paris.

 

23:58 Écrit par sweetcricri dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/04/2009

Recueil de Chants - Verzameling van Zingen

Recueil de Chants à l'usage de la Troupe.

ChantTroupe01

Un chansonnier qu’emportaient les soldats.

Il s’agit d’une édition autorisée par le Ministère de la Guerre éditée par Schott Frères à Bruxelles.

En notice, on lit que les « chants sont à l’unisson, simples et faciles à retenir.  Liberté est laissée de les entonner à volonté, soit dans les cours des casernes, soit dans la chambrée le soir aux heures de loisirs, soit au pas de route en dehors des agglomérations bâties (…) En campagne, ils cesseront dès que la cavalerie de sûreté aura pris le contact de l’ennemi ».

La même chose se répète en Flamand car le recueil est également destiné aux néerlandophones.

J’ai évité le mot « bilingue » qui eut signifié que les chansons étaient tantôt en Français tantôt en Flamand car ce n’est pas le cas comme on le verra dans la Table des matières.


ChantTroupe04

Les francophones avaient leurs chants dont  « Les Volontaires belges au Mexique »*, « La Bière »… les néerlandophones les leurs Het Lied der Vlamingen, Te Wapen, etc. ainsi que   les Wallons avec  Valeureux Liégeois, le Doudou,...


ChantTroupe02

 ChantTroupe03

 

* Les Belges ont eu une Légion de Volontaires envoyée au Mexique et qui était commandée par le Baron Alfred van der Smissen. (1823-1895).

13:30 Écrit par sweetcricri dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/04/2009

Zeebrugge Museum - 2

ZeeBMuseum

L’examen des réalisations du  Zeebrugge Museum notamment celle consacrée à l’embouteillage du port de Zeebrugge nous rappelle notre collection Patrie qui a publié un ouvrage dédié à cet événement sous le titre (on s’en serait douté) : l’Embouteillage de Zeebrugge et qui était dû à la plume de Georges G. Toudouze.


Embout-Zee

Récit patronné par  la Ligue Maritime Française.

D’habitude le dessin de couverture est remarquable de précision mais pour ce numéro 100 les éditions Rouff ont fait appel à un illustre inconnu dont le trait mérite d’être rapidement oublié.

La plaquette du Zeebrugge Museum est spécialement dédiée aux officiers et hommes d’équipage du sous-marin C 3.

ZeeBMuseum2

15:47 Écrit par sweetcricri dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/04/2009

Zeebrugge Museum

ClubUboote2

Les Clubs des Officiers de la Marine allemande à Bruges et à Ostende pendant la Guerre 1914-1918 est une publication du défunt Zeebrugge Museum.

Cet album regroupe les photos des peintures murales dont les marins allemands ornaient les murs des locaux qu’ils occupaient  à Bruges, Ostende ou Zeebrugge.

De 1914 à 1918 la majeure partie de la côte belge était occupée par la Kriegsmarine sous le commandement de l’Amiral von Schröder.

Le quartier général de la marine  était logé à Bruges dans un vaste hôtel près du port.

Un membre du Corps de Marine orna les murs des caves de fresques remarquables.

Le Zeebrugge-Museum exposait les fresques murales, une partie du mobilier et d’autres souvenirs parmi lesquels tous les portraits des officiers des U-boote et une foule d’objets pris sur leurs victimes.

Un autre club était établi au Grand-Hôtel de la rue Saint-Jean à Bruges.  Les officiers mariniers s’y réunissaient avant de prendre la mer.  Au retour c’est également là qu’ils arrosaient généreusement leurs victoires.

Le château de M. Coppieters ‘t Wallant  abritait l’EM  de l’artillerie anti-aérienne.

La photo choisie au hasard dans l’album montre le Deutsches Kriegskasino  à Bruges-Bassins.

ClubUboote

L’artiste a agrémenté ses fresques des mots « Man lebt ja nur so kurze Zeit »  soit « En somme, on vit si peu de temps ».

Ce sont les presses des Etablissements de Phototyphie A. Dohmen à  Bruxelles qui ont réalisé l’album pour la firme Albert.  

17:18 Écrit par sweetcricri dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |