• Le Poilu-type

    Jeu01

    L’Imagerie d’Epinal publie dans sa Série de Guerre un poilu à découper accompagné d’une série de têtes amovibles et interchangeables. Le corps revêtu de la capote bleu horizon  est unique. 

    La « notice d’emploi » précise qu’il faut  accompagner la présentation de chaque tête en récitant  «  ce qui est dit sur la tige ».

    La tige en question est destinée à se glisser dans l’encoche que l’on a, au préalable,  fait dans le corps du poilu à hauteur du cou.

    Pour le Grand Chef, on récitera donc : «  Le Grand Chef  - Le Poilu des Poilus – Le Général Joffre familièrement Le Grand Père ».

    Suivent onze autres têtes  qui vont  du Parigot « un titi de faubourg.  Une charge à la baïonnette n’est rien pour lui » au vicaire de la Paroisse « Vous ne me  reconnaissez pas ? Regardez-moi bien, je suis le vicaire de votre paroisse. Ah ! Bravo M’sieu l’Abbé »  en passant par  Rigouillard « le joyeux de la compagnie, a perdu son képi dans la mêlée, mais n’est pas embarrassé pour si peu … une chéchia trouvée a fait son affaire ». 

    Jeu2

  • 13e de Ligne

    13e de Ligne - Carte postale.

    13Li

     

    13LiNam
    Cette carte commémore la rentrée du 13e de Ligne dans ses quartiers  quittés en août 1914.

    La garnison de cette unité était la ville de Namur (caserne Marie-Henriette).

    L’événement illustré se situe le 7 avril 1919.

    La photo montre le drapeau mais pas les citations qu’il porte : Yser – Merckem – Zarren – Handzaeme.

    Yser            parce que comme tous les régiments belges il y fut ;

    Merckem  car les 17 et 18 avril un de ses bataillons y soutint sans lâcher un pouce de terrain la grande offensive allemande ;

    Zarren         qui marque le point ultime de l’offensive de septembre 1918.  C’était le 30 septembre.  Le 28 le régiment  attaquait depuis 5h30 les défenses du château Blanckaert.

    Le 29 il
    était à Woemen, Clerkem.

    Handzaeme      où sa conduite valeureuse  aux combats du Kruistadt et Armgat lui valut cette dernière citation.

    Une autre vue nous montre le monument érigé à l’intérieur même de la caserne en l’honneur des lignards tombés durant la guerre 1914-1918.

    13LiNam2

    La caserne n’existe plus aujourd’hui.  Le régiment a  fusionné avec le 12e de Ligne.  Il a quitté la ville de Namur pour celle de Spa. 

     

  • Der Welt Krieg

    DerWeltK

    Edité par l’union des fabricants de  cigarettes de Dresde en 1937, cet album renferme 270 chromos assortis de textes explicatifs.

    DerWeltK2

    Une mine d’or pour les chercheurs et passionnés de la 1ère guerre mondiale.

    Evidemment les choses sont vues du côté allemand qui vingt ans plus tard s’accroche à la légende des francs-tireurs essayant de justifier fusillades et massacres dont l’armée impériale parsemait  sa marche en avant.

    DerWeltK3

    Ainsi à la fin de la légende de l’image « 11. Dinant. »  on peut lire   Überall kam es zu schwerem Ringen um die Flußübergänge, so auch bei Dinant, wo sich leider die belgische Bevölkerung am Kampfe beteiligte.

    Il y eut partout de sévères affrontements pour le franchissement des fleuves ainsi à Dinant où malheureusement la population belge pris part aux combats.

    Les images 11 et 12 représentent une pièce de 42 cm et ses effets sur Liège.

     

    10. Die „Dicke Bertha“. Die Anmarschstraßen der deutschen Heere nach Belgien und Frankreich waren zum Teil mit Befestigungen gesperrt, die als uneinnehmbar galten. Die deutsche Heeresverwaltung aber hatte in aller Stille bei Krupp den gewaltigen 42-cm-Mörser bestellen lassen, der auch die stärksten damaligen Panzer- und Betonbauten zerschlug.

    La marche en avant des armées allemandes vers  la Belgique et  la France était partiellement  bloquée par des fortifications qui étaient considérées comme imprenables.  Le Haut Commandement allemand avait cependant commandé en secret chez Kupp un énorme mortier de 42 cm qui vint à bout des  constructions les mieux défendues de ce temps. 

     

    P.S. ; j'ai traduit librement les textes m'attachant plus à l'esprit qu'au "mot à mot" que les puristes veuillent bien m'en excuser.

     

  • Dinant - Citadelle 4

    PontDEgaulle

    Du sommet de la citadelle on découvre tout Dinant et surtout  le Pont de Gaulle.

    En 1914 cette construction s’appelait Pont de l’Eglise.

    Début août 1914, le colonel Stirn reprend des mains du colonel Pétain les destinées du 33e régiment d’infanterie.

    Le 6  l’unité embarque à Arras à destination des Ardennes françaises.

    Après être resté quelques jours dans la région de Rocroy, il entre en Belgique le 13 sous les acclamations de la population de Treignes premier village traversé.

    Le lendemain, 14 août, il s’illustre à Anthée arrêtant un escadron de Uhlans en reconnaissance sur les bords de Meuse.  Les Allemands laissent des morts sur le terrain.

    Ses 10e et 12e compagnies réoccupent assez aisément la citadelle.

    Les hommes vivent dans une trompeuse quiétude lorsqu’un torrent de projectiles s’abat sur eux.   

    Le colonel Stirn  donne l’ordre aux  1ère et  4ème compagnies  de se porter au secours des 10 et 12e.

    Malheureusement pour se faire les Français abrités derrière la ligne de chemin de fer doivent franchir celle-ci et courir à découvert vers le pont.

    L’espace se jonche rapidement de morts dont le lieutenant Hubert.  L’attaque est brisée.

    La 9e compagnie est aussi durement éprouvée.  Le lieutenant De gaulle qui en fait partie git sur le sol, blessé.

    Vers midi le feu allemand se ralentit jusqu’à  marquer un temps d’arrêt. Les soldats bloqués à la citadelle peuvent s’échapper et rejoindre le gros du régiment  laissant derrière eux les blessés intransportables.

    26 ans plus tard un 18 juin l’ex-lieutenant De gaulle lance son fameux appel. La France Libre, la libération….. la Présidence… la célébrité et le pont près duquel il est tombé prend son nom.       

    Dinantopnt2