07/10/2009

Octobre 1914 - Ronarc'h

Votre nom a connu la gloire

Des jours sombres, mais triomphants,

De Dixmude par vous l’histoire

Fut écrite en longs traits sanglants.

 

Refrain :

 Fusiliers marins, braves Jean le Gouin,

Vous incarnez l’âme française

Bravoure, entrain, franche gaieté,

Auprès de vous toujours à l’aise

Nous vous suivons avec fierté.

 

Quand apparaît le pompon rouge

Goutte de sang sur béret bleu,

Le Boche hésite, car s’il bouge

Jean Le Gouin bondit l’œil en feu.

 

C’est le chant des fusiliers marins de Dixmude dont les paroles furent composées par le sous-lieutenant Haverland du 8e régiment territorial d’infanterie.

 

Ils méritaient bien une chanson les gars de l’amiral Ronarc’h qui montaient le quart  ce 16 octobre 1914 lorsque l’enfer s’est déchaîné.

Six mille fusiliers marins mêlés à quelques cinq mille Belges  soutenus par les septante canons d’un régiment d’artillerie belge vont écrire une page de gloire.

De sauvages corps à corps, des vagues d’assaut d’un ennemi qu’on eut dit insensible aux pertes.

Pendant vingt jours les ruines de la ville retentirent des cris des combattants.

Les Allemands pilonnaient la ville avec une telle précision  que l’on cru longtemps qu’il y avait des espions dans les lignes alliées.

Et puis le 26 octobre les belges ouvrirent les vannes.  L’eau noyait tout, embourbait les canons enlisant l’offensive.

Le Matin du   27 annonce en première page « Les Allemands qui ont passé la rivière ne la repasseront pas ».

Le Miroir nous montre un canon allemand embourbé.

Malgré de nombreux assauts les Allemands ne purent progresser, arrêter l’inondation, atteindre Nieuport  et fermer les vannes.

 LeMatin-10-1914

    LeMiroir_10-1914

22:42 Écrit par sweetcricri dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.