30/11/2009

Un cavalier - 12

Ruines11-09

Fernand écrit peu en ce mois de mai 1915 sauf pour signaler que le 8 mai il y a eu une messe en pleine air qui a attiré très peu de monde.

Le 24, assis au bord de l’Yperlée, il regarde le paysage dévasté qui s’offre à lui : Je contemple les ruines matérielles qui barrent tous les points de l’horizon.  Je pense à tant d’autres ravages moraux engendrés par la guerre et qui seront plus difficiles à restaurer que les autres.  (…) Pour cela il faudra lutter, travailler, s’user mais en somme des usures de ce genres donnent à la vie sa plus belle parure.

Ruines11-09d

 Ruines11-09fRuines11-09e

Beaucoup sinon la plupart des soldats englués dans la boue face à ces facades noircies, ces amas de pierres meurtries devaient éprouver une grande lassitude mais notre homme se sent, lui, animé d'une grande résolution.

18:47 Écrit par sweetcricri dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.