12/01/2010

Dixmude - Les Fusiliers Marins

Livre écrit par Charles Le Goffic de l’Académie Française dont le fils était médecin au 3eme bataillon du 1er Régiment de la Brigade des Fusiliers marins et publié chez Flammarion.

C’est  l’histoire des fusiliers marins français qui « pendant quatre semaines, du 16 octobre au 10 novembre (date de la prise de Dixmude), à l’entrée de ce delta de marécages, veillé par de vieux moulins aux ailes disloquées, un contre six, sans caleçons, sans chaussettes, sous la pluie , dans la vase plus cruelle que les obus,  vont, avec l’amiral, s’accrocher désespérément à leur radeau de misère (…) ».

On découvre, au fil de la lecture,  tous les endroits à jamais inscrits dans l’Histoire et que ces marins ont marqués de leur sang.

Le récit est précis et bien documenté  « En arrivant à Eessen, à une heure du matin (…) une compagnie envoyée en reconnaissance au village de Vladsloo est accueillie à coups de fusils (…) nous les délogeons aidés par des automitrailleuses belges par l’artillerie belge. (…) nous faisons jonction à Beerst ».

La même précision dans la relation des combats dans et autour de Dixmude  qui nous mène à  la chapelle de N-D de Bon-Secours, le cimetière,(…) la  minoterie « située à l’entrée du Haut-Pont et dont la plate-forme en ciment armé nous offrait un excellent observatoire », ..

Les combats étaient d’une férocité extrême  ainsi lorsqu’un  Parigot se plaint auprès du lieutenant de Vaisseau Martin des Pallières d’avoir perdu son «épingle à chapeau » (sa baïonnette), resté dans « la couenne  d’un boche »,  le lieutenant lui répond « fais comme moi, cogne avec la tête ».

Un autre témoin, le fusilier Georges Delaballe, dit « Telle était l’ardeur que des Pallières avait communiqué à ses hommes qu’on trouva le lendemain, sur la route, un fusilier marin et un boche « morts l’un sur l’autre », les doigts du fusilier entrés et encore crispés dans la joue du Boche.»

C'était sur la route de Woumen le 26 octobre 1914.

LeGoffic

23:50 Écrit par sweetcricri dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.