03/08/2010

Mort du Père la Victoire

TiJour-Clemenceaub.jpg

Dans son numéro du 8 décembre 1929, Le Petit Journal consacrait une grande part au décès de celui que la France entière appelait « Le Père la Victoire »  ajoutant « Ce nom, entre tous glorieux, c’est celui que gardera dans l’Histoire le grand homme d’état qui vient de disparaitre. Tant qu’il y aura une France, ce nom que la reconnaissance publique donna à Georges Clemenceau, vivra dans la mémoire de tous les Français ».

Ah oui ?! Je me demande qui sait encore qui était ce bonhomme.

Le journaliste qui s’appelait Jean Lecocq n’avait pas peur de verser dans une grandiloquence héroïco-comique  en  écrivant :

(…) Clemenceau se rendait aux tranchées (…) Clemenceau marchait de l’avant sans souci du péril.  Le général l’arrête lui reprochant son imprudence :

-         Mais vous allez vous faire tuer, monsieur le Président !

-         Je m’en f.. je suis assez vieux pour faire un mort, répond le « Tigre ».

Et, tout seul, il saute dans un poste d’écoute, éloigné de quelques mètres à peine d’un poste ennemi.

Un homme est là.

-         Et bien mon vieux çà va ? lui demande Clemenceau.

Mais le poilu n’est pas de bonne humeur.

-         Ta gu… ! répond-il à voix basse.

Et il envoie un coup de poing à l’intrus.

Le « Tigre » a chancelé.  Le poilu se précipite : il a reconnu le Président et voudrait s’excuser.  Mais Clemenceau lui ferme la bouche et le prenant à pleins bras, il le serre tout joyeux dans une fraternelle étreinte. ».

Et ben !

   

23:00 Écrit par sweetcricri | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.