13/08/2010

J'étais médecin dans les tranchées

Maufrais.jpg

Tout au long de la guerre le médecin Louis Maufrais consigne dans des carnets les événements qu’il vit.

Il projette une fois sa vie professionnelle terminée d’en faire un livre mais sur la fin de son existence il devient aveugle et l’ouvrage ne peut être écrit.

C’est à un magnétophone qu’il confie alors ses mémoires.

16 cassettes qui dorment au fond d’un tiroir jusqu’à ce que sa petite fille les écoute et les transcrit en un livre passionnant.

Louis n’a pas terminé l’internat lorsqu’il reçoit son ordre de mobilisation et rejoint le dépôt du 136e régiment d’infanterie à Saint Lo.

Affecté à la 27e compagnie il y apprend le maniement des armes soit le fusil Lebel qui n’est cependant pas en nombre suffisant et il perçoit un fusil Gras datant de 1870 dans lequel il glisse des cartouches en bois.

Nommé Médecin Auxiliaire il est envoyé à Coëtquidam  où il est incorporé au dépôt du 94e R.I.

Trois jours plus tard il part en Argonne rejoindre le 2e bataillon du 94e qu’il ne quittera plus qu’une fois nommé Médecin Aide-Major du 1er bataillon de ce même 94e.

Il est de tous les combats soignant les blessés sous le feu de l’ennemi

En Argonne, ç Bagatelle, en Champagne, au Bois Vauban, à Verdun, au Mort-Homme, en Lorraine, dans la Somme. À Berry-au-Bac jusqu’à la victoire qui le trouve à l’ambulance n° 10 située dans un asile d’aliénés près d’Amiens.

Un ouvrage très intéressant admirablement bien écrit et une source de documentation.

 

Louis Maufrais et Martine Veillet – Ed. Robert Laffont.

 

N.B. : les photos ont été prises au Musée du Corps de Garde à Maubeuge dont nous parlerons   l’une de ces prochaines fois. 

20100808_248.jpg
20100808_251.jpg

23:36 Écrit par sweetcricri | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.