20/04/2012

Le National Bruxellois 16 août 1914

 

Le  National publie le contenu d’une lettre saisie sur un officier supérieur allemand fait prisonnier après la Bataille de Haelen.

 

« Haelen, le 13 août 1914

 

« J’ai écrit mardi soir d’Halken où nous étions vers 3 heures en bivouac.  La fatigue énorme des « hommes et des chevaux nous obligeant absolument à nous reposer.

 

« (…)

 

« Nous nous sommes levés à 4 heures et à 6 heures nous nous trouvions au sud de Hasselt où je me « séparais de Swembad qui a pris le commandement de la 9e division de cavalerie à la place de von « Bullow.

 

« (…)

 

« Il fait tranquille à Hasselt.  A 10 heures on reçut l’ordre d’avancer pour passer par Herck-la-Ville.

 

« Repos jusque 2 heures car devant nous la 4e division de cavalerie se battait pour s’emparer de « Haelen.

 

« (…)

 

« Nous remontons en selle à 8 heures pour passer par  les collines de Loxbergen.

 

« C’est plus vite dit que fait l’ennemi ayant fait sauter les ponts de la Gette.

 

« (..)

 

« Il fallait dominer ses nerfs pour traverser Haelen que nous avions bombardé. (…) Tout est couvert « de morts, de blessés, chevaux errants, d’autres saignants et autres scènes terribles.

 

« L’ennemi prit le village de Haelen tout occupé par nos troupes d’où nous eûmes grand peine à nous « retirer.

 

« (…)

 

« Je ne sais pas si pendant que nous nous apprêtions pour le combat à pied nos troupes  qui étaient à « l’intérieur du village  étaient endormies ; toujours est-il que le carnage a été affreux.

 

« Notre retraite a été fortement paralysée par le grand nombre de chevaux errants et par les restes « des régiments du 2e cuirassiers et du 9e uhlans qui avaient été mitraillés.

 

« (…)

 

« Il reste une attaque à faire sur un terrain rempli de haies, de ronces et de fil de fer barbelé.

 

« (…)

 

« L’armée belge est certainement de beaucoup supérieure à ce que nous avions cru ».   

 

Un journaliste en visite à l’ambulance de Bruxelles rapporte les propos d’un maréchal des logis des cuirassiers de Poméranie blessé au combat de Warsage.  Il ignorait qu’il allait se battre contre les belges car les chefs avaient dit que les allemands traverseraient la Belgique par chemin de fer et qu’ils seraient à Lille le 4 août !

 

Le journal publie également des listes de blessés séjournant à l’hôpital militaire de Bruges, de l’ambulance 96 au 104 de l’avenue de Boendael à Bruxelles, de l’Hôpital Saint-Jean, de l’hôpital Militaire de l’avenue de la couronne toujours à Bruxelles.

 

Beaucoup de gens du 4e de Ligne et du 1er Chasseurs à pied.

 

A Anvers le gouverneur militaire fait suspendre La Métropole attendu que ce journal avait publié dans son édition du 14 août « le commandant du fort de Barchon a du rendre les armes ». Ce qui dit le Gouverneur dans son attendu est « inexact ».

 

En réalité  Barchon est le premier fort de la ceinture de Liège à se rendre le 8 août 1914 !  

 

00:20 Écrit par sweetcricri | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.