27/09/2012

Joffre à Rivesaltes

 

 

pbarc 026.jpg

 

C’est dans une des rues étroites de  Rivesaltes que j’ai  découvert le musée dédié au maréchal Joffre.  C’est là  dans cette maison  de  la rue de la République que naquit l’illustre personnage.

 

PortBarcarès 001.JPG

 

Après un rappel des débuts de la carrière du futur maréchal qui fut bien remplie puisque promu lieutenant en 1872 il est au Tonkin en tant que capitaine en 1896 pour se retrouver Lieutenant-Colonel à Tombouctou en 1894 non sans s’être distingué en tant que Chef du Génie du corps de Formose.

 

PBarcarès 065.JPG

 

Le général Gallieni l’appelle à ses côtés à Madagascar.  Il est alors colonel.

 

Général au début des années 1900 il va exercer des fonctions d’inspecteur dans des établissements prestigieux tels l’Ecole de Cavalerie (Saumur) ou l’Ecole Polytechnique avant que d’être à la tête du 2e Corps d’Armée à Amiens le 24.6.1908. 

 

En août 1913 on le trouve à Krasnoié-Selo aux côtés du tsar Nicolas II.

 

Tous ces événements sont largement commentés et illustrés dans ce qui fut la tonnellerie et l’écurie de sa maison natale.

 

PortBarcarès 030.JPG

 

Au fond du rez-de-chaussée trône une grande statue du maréchal les pans de son manteau soulevé par le vent de la Victoire de la Marne qui est plus qu’abondamment commentée sur les panneaux suivants.

 

Reproductions de journaux d’époque ou de cartes postales, copies de communiqués retracent tout d’abord la bataille des frontières et la retraite de l’armée française jusqu’à l’ordre général du 6.9.1914.

 

Les taxis de la Marne…. La manœuvre décisive… L’Allemand est stoppé.. !! 

 

Il devient  Le Père la Victoire.

 

Une suite de reproductions de manuscrits, photos, extraits de journaux bien souvent annotés de la main du maréchal illustrent la continuation du conflit de la victoire de la Marne à l’armistice de 1918.

 

On ne compte pas moins de 40 panneaux agrémentés de quelques 420 documents dans ce rez-de-chaussée.

 

Sous vitrine l’inévitable casque à pointe entouré de pamphlets à l’intention de Guillaume II voisine avec une coiffure amarante de l’armée française.

 

PBarcarès 007.JPG

 

A l’étage on trouve de nombreux objets ayant appartenu au maréchal.

 

Il y a notamment un  Lüger fabriqué chez Erfurt avec toutes ses pièces au même numéro et  un pistolet MAB frère du FN 1910 au sujet duquel je me pose des questions car sauf erreur de ma part cette arme fut fabriquée à partir de 1933 et le maréchal est décédé en 1931.

 

PortBarcarès 045.JPG

PortBarcarès 046.JPG

PBarcarès 018.JPG

 

Après un coup d’œil au mobilier on accède au deuxième étage où il y devait y avoir une projection d’une durée de 12 minutes mais l’appareil était en panne.

 

Un diorama de grande taille permet une compréhension facile des différentes péripéties de la bataille.

 

PBarcarès 040.JPG

PortBarcarès 048.JPG

 

Après cela s’impose une visite à La Table d’Aimé située au cœur de la maison Cazes vignerons à Rivesaltes qui distribue Le Canon du Maréchal un vin délicieux qui continue la mémoire du grand homme.

 

pbarc 034.JPG

 

 

 

En effet,  en 1927, la famille Cazès achète la propriété ayant appartenu au maréchal et en hommage à celui-ci elle baptise l’une de ses productions de son nom. 

 

22:56 Écrit par sweetcricri | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |